Indo-Canadian Interview 27

Interview_27
Interview_27 [...]

Title: Indo-Canadian Interview 27

Creator: Gurcharn S. Basran, B. Singh Bolaria.

Language: pan

Subject: East Indian Canadians -- British Columbia -- History -- 20th century; Punjab (India) -- Emigration and immigration -- History -- 20th century; Panjabis (South Asian people) -- British Columbia -- History -- 20th century; East Indian Canadians -- British Columbia -- Cultural Assimilation; East Indian Canadians -- Ethnic Identity; Sikh Canadians -- British Columbia -- Vancouver -- Interviews;

Summary - French: Il est arrivé au Canada en 1931, à l’âge de 14 ans. Il est retourné en Inde en 1938, il s’est marié, il a divorcé et il est revenu au Canada en 1946. Il s’est remarié au Canada en 1949 avec une femme originaire du Punjab. Il est venu rejoindre son père, établi au Canada depuis 1905. Son père travaillait dans une scierie à Golden parce qu’il était difficile de trouver des emplois ailleurs en Colombie-Britannique. Il gagnait un dollar par jour, pour dix heures de travail. Il se souvient que les conditions de vie étaient difficiles au Punjab et que les méthodes agricoles étaient ardues et dangereuses. Il a voyagé sur un navire de charge de Calcutta à Hong Kong. Il dormait sur le pont et il devait préparer ses repas. Il a ensuite voyagé sur un bateau de croisière de Hong Kong à Vancouver. <br /> <br /> Au Canada, il est d’abord allé à l’école, puis il a travaillé dans une scierie près de Duncan, en 1934. Il explique que les conditions de travail étaient très pénibles, mais personne n’osait se plaindre. Les travailleurs n’étaient pas syndiqués à cette époque ; les caucasiens gagnaient 0,25$ l’heure, alors que les asiatiques gagnaient 0,90$ pour 10 heures de travail. Les Indiens et les Blancs s’entendaient bien dans le contexte de la scierie, mais plusieurs commerces interdisaient l’entrée aux Indiens. Les agents d’immeuble de Vancouver refusaient de les aider à trouver une maison dans certains quartiers ; cette interdiction était en fait une loi municipale. Les Indiens s’intéressaient beaucoup à la politique et ils envoyaient de l’argent aux partis pro-indépendantistes en Inde. <br /> <br /> Les gens se réunissaient au Gurdwara pour discuter de l’indépendance de l’Inde et ils en profitaient pour amasser des fonds pour cette cause. Il explique qu’à cette époque, les Indiens croyaient que leur séjour au Canada était temporaire et qu’éventuellement, ils retourneraient vivre en Inde. Il partage son opinion sur la situation actuelle (corruption, perte des libertés, pauvreté, infrastructure, etc.) et sur l’agitation des Sikhs en Inde. Il a obtenu la citoyenneté canadienne après 1947, quand le gouvernement a changé la loi sur l’immigration. Auparavant, comme il était parrainé par son père, il pouvait quitter le Canada et revenir à sa guise. Toutefois, il devait écrire au gouvernement à chaque année pour renouveler son permis de séjour à l’étranger. Pendant la guerre, les déplacements furent restreints pendant quatre ans et plusieurs Indo-canadiens qui étaient allées en Inde n’ont pu revenir au Canada qu’après plusieurs années. Pendant la dépression, les Indiens ne demandaient jamais l’aide sociale : la communauté indo-canadienne se cotisait pour aider les gens qui en avaient besoin. C’est à partir de cette époque que le Gurdwara de la 2e Avenue à Vancouver a décidé de nourrir gratuitement les gens dans le besoin. Il raconte comment les Indiens ont décidé de ne plus se couvrir la tête pour entrer au Gurdwara en 1950. Il trouve navrant que les nouveaux immigrants indiens ne se mêlent pas à la communauté indo-canadienne et qu’ils n’apprécient pas les sacrifices des premiers immigrants indiens.

Date: 1985-01-01

Type: Sound

Format: audio/mp3

Rights: Please see the terms of use at http://multiculturalcanada.ca/cco_rights.htm

File size: 64,063 KB

Duration: 1:08:19