Indo-Canadian Interview 31

Interview_31
Interview_31 [...]

Title: Indo-Canadian Interview 31

Creator: Gurcharn S. Basran, B. Singh Bolaria.

Language: pan

Subject: East Indian Canadians -- British Columbia -- History -- 20th century; Punjab (India) -- Emigration and immigration -- History -- 20th century; Panjabis (South Asian people) -- British Columbia -- History -- 20th century; East Indian Canadians -- British Columbia -- Cultural Assimilation; East Indian Canadians -- Ethnic Identity; Sikh Canadians -- British Columbia -- Vancouver -- Interviews;

Summary - French: Il raconte que ses ancêtres ont payé 160 roupies [monnaie de l’Inde] en 1902 pour venir au Canada en bateau, un périple de six mois. Il pense qu’ils étaient les seuls Indiens au Canada à cette époque. Son père a d’abord vécu en Australie, où il gagnait un dollar par jour. Au Canada, son père et ses oncles gagnaient 0,08$-0,10$ l’heure à scier du bois qu’ils revendaient ensuite à l’aide d’une voiture tirée par des chevaux. Plus tard, il fut en charge de la première scierie de Vancouver [scierie de Gohala]. Il raconte qu’ils ont quitté leur pays parce que les méthodes agricoles de l’époque étaient trop dangereuses. Les conditions de vie étaient extrêmement difficiles en Inde à cette époque et les gens lavaient les vêtements avec l’urine des vaches parce qu’il était difficile de trouver de l’eau. Plusieurs sont venus du Jandialla, puis du Pakistan. <br /> <br /> On retrouve des membres de sa famille en Angleterre et en Amérique. Il raconte qu’à l’époque de son père, il n’y avait que 60 maisons et des chemins de fer à Vancouver. Il y avait deux routes et deux magasins. Les Indiens dormaient dans une écurie ou un poulailler. Il parle des conflits entre les gens originaires du Jullundhur et ceux de l’Amritsar. Il raconte que chef de parti a vu des affiches devant les restaurants et les hôtels de Vancouver indiquant l’interdiction d’entrée aux chiens et aux Indiens. Les membres du parti de chef de parti se sont plaint de l’inégalité des Indo-canadiens. Son grand-père lui a avoué avoir été frappé par des Blancs avec qui il travaillait parce que les Indiens acceptaient de travailler pour des salaires inférieurs à ceux des Blancs. D’autre part, les propriétaires des scieries appréciaient les Indiens parce qu’ils acceptaient un salaire moindre. Il n’y avait pas de syndicat à cette époque. Lorsqu’ils retournaient en Inde, les Indiens ayant vécu au Canada décrivaient l’abondance de routes et d’eau dans ce pays. Suite à cette description, les Indiens souhaitaient eux aussi profiter de tels avantage dans leur pays, mais ils croyaient que les Blancs [Anglais] les privaient de cette infrastructure pour les tenir en esclavage. Avant l’indépendance de l’Inde, les gens étaient privés de routes, d’écoles et d’hôpitaux mais depuis, les conditions de vie des citoyens sont beaucoup moins difficiles, selon il. Après la partition de l’Inde, plusieurs immigrants indiens ont fait venir leur famille.

Date: 1985-01-01

Type: Sound

Format: audio/mp3

Rights: Please see the terms of use at http://multiculturalcanada.ca/cco_rights.htm

File size: 15,609 KB

Duration: 0:16:38