Indo-Canadian Interview 32

Interview_32
Interview_32 [...]

Title: Indo-Canadian Interview 32

Creator: Gurcharn S. Basran, B. Singh Bolaria.

Language: pan

Subject: East Indian Canadians -- British Columbia -- History -- 20th century; Punjab (India) -- Emigration and immigration -- History -- 20th century; Panjabis (South Asian people) -- British Columbia -- History -- 20th century; East Indian Canadians -- British Columbia -- Cultural Assimilation; East Indian Canadians -- Ethnic Identity; Sikh Canadians -- British Columbia -- Vancouver -- Interviews;

Summary - French: Il est arrivé au Canada en 1921, à l’âge de 17 ans. Il est retourné en Inde en 1926, pour ensuite revenir au Canada en 1931 avec sa femme et ses enfants. Son père était au Canada depuis 1907 et dès qu’il a pu, il a fait venir sa famille. En Inde, la famille de il le négligeait et elle ne l’a pas envoyé à l’école. Lorsqu’il est arrivé au Canada, son père s’est empressé d’envoyer il à l’école. Par la suite, il a travaillé à la scierie avec son père. Le travail à la scierie était très difficile et il explique que les employés travaillaient sans relâche, comme des animaux. Les gens devaient travailler neuf heures par jour et les employés caucasiens recevaient un salaire plus élevé que les employés asiatiques. Il raconte qu’en Inde, les gens avaient à peine de quoi se nourrir. Pour venir au Canada, il a pris un bateau de Calcutta à Hong Kong. Sur ce navire, les voyageurs n’avaient aucun endroit assigné pour s’asseoir, dormir, manger, etc. Il a ensuite voyagé sur un bateau de croisière de Hong Kong à Vancouver dans de meilleures conditions. <br /> <br /> Il raconte que les scieries fournissaient des logis aux travailleurs. Ces derniers habitaient dans des dortoirs [selon leur nationalité] et ils avaient leur propre cuisinier. Les travailleurs blancs habitaient dans des maisons unifamiliales, alors que les immigrants habitaient dans des logements communautaires. Les travailleurs avaient droit à un jour de congé (dimanche), pendant lequel ils faisaient leur lessive et allaient au temple. Toutefois, il explique que la scierie demandait souvent aux employés de travailler le dimanche. Il raconte qu’il existait un bel esprit d’entraide parmi les Indo-canadiens et qu’il n’était pas rare qu’ils se cotisent pour aider l’un des leurs ou pour financer les études d’un jeune Indien, peu importe la région d’où ils venaient. Selon lui, les conditions de vie se sont améliorées en Inde, mais il s’inquiète de la hausse de la criminalité. <br /> <br /> Il partage son opinion sur les exigences des Sikhs en Inde. Il raconte qu’à l’époque où son père a quitté l’Inde, certains Indiens se rendaient au Canada, puis revenaient en Inde pour encourager leurs compatriotes à immigrer au Canada. Il ajoute qu’environ 20% des gens de son village sont venus au Canada après la visite d’une telle personne. Mais il était difficile de trouver du travail au Canada à cette époque ; plusieurs Indiens devaient travailler sur des fermes et vivre dans des étables. Les Blancs furent surpris de constater combien les Indiens travaillaient fort et par la suite, ils n’hésitaient plus à les embaucher. Son épouse explique qu’en 1926, les femmes indiennes devaient rester à la maison et que les immigrants indiens travaillaient très dur afin d’être en mesure d’envoyer de l’argent à leur famille en Inde. Par la suite, les Indo-canadiens ont commencé à vouloir s’établir de façon permanente au Canada et à revendiquer l’égalité des droits.

Date: 1985-01-01

Type: Sound

Format: audio/mp3

Rights: Please see the terms of use at http://multiculturalcanada.ca/cco_rights.htm

File size: 50,091 KB

Duration: 0:53:25