Indo-Canadian Interview 34

Interview_34
Interview_34 [...]

Title: Indo-Canadian Interview 34

Creator: Gurcharn S. Basran, B. Singh Bolaria.

Language: pan

Subject: East Indian Canadians -- British Columbia -- History -- 20th century; Punjab (India) -- Emigration and immigration -- History -- 20th century; Panjabis (South Asian people) -- British Columbia -- History -- 20th century; East Indian Canadians -- British Columbia -- Cultural Assimilation; East Indian Canadians -- Ethnic Identity; Sikh Canadians -- British Columbia -- Vancouver -- Interviews;

Summary - French: Il est arrivé au Canada en 1951, à l’âge de 39 ans. Sa femme est venue le rejoindre en 1971. Aux Indes, il était gérant de banque. Il a quitté les Indes parce que la banque où il travaillait a fermé ses portes en raison de la partition des Indes ; il a perdu tout son argent. Il a d’abord vécu en Angleterre et il travaillait chez un fabricant de verre. La situation économique était difficile en Angleterre, alors il a accepté de venir au Canada pour être Granthi [prêtre] dans un Gurdwara [temple]. En plus de son travail au temple, il était vendeur itinérant. Il a vécu de nombreuses difficultés avec les autorités de l’immigration ; il ne comprend pas pourquoi elles s’acharnaient sur lui parce qu’il gagnait bien sa vie. <br /> <br /> Lorsqu’il est venu en 1951, les conditions de vie aux Indes étaient relativement bonnes, selon il. Il a travaillé brièvement dans une scierie parce qu’il avait besoin d’argent pour s’acheter une voiture, mais il jugeait le travail beaucoup trop exigeant au niveau physique. Il travaillait et vivait au Gurdwara d’Abbotsford, où il était nourri et logé gratuitement. Comme il n’y avait que 20 familles au temple, il gagnait seulement 70$ par semaine, ce qui était insuffisant pour faire vivre sa famille demeurée aux Indes. La municipalité imposait des taxes foncières au Gurdwara, mais il s’est battu et il a réussi à obtenir une exemption. En plus de ses tâches au Gurdwara, il vendait des vêtements de porte à porte. Il raconte avoir eu de la difficulté à trouver un fournisseur lorsqu’il est devenu vendeur itinérant parce que les grossistes préféraient vendre leurs produits aux propriétaires de magasin. Mais il a réussi à convaincre un grossiste et sa petite entreprise était très rentable. Il vendait surtout aux Blancs. Il raconte qu’il lui arrivait de cogner à une cinquantaine de portes dans une même journée pour vendre ses vêtements et qu’il n’a jamais rencontré une seule personne qui le détestait en raison de sa race. Il explique qu’aux yeux des Indiens, un Granthi ne vaut pas mieux qu’un cuisinier. Il avoue avoir de la difficulté à se réconcilier au fait que les enfants des immigrants indiens veulent marier un partenaire canadien de leur choix, et non un partenaire choisi par les parents. Il partage son opinion sur la situation au Hindustan et les revendications des Sikhs. <br /> <br /> Avant de venir au Canada, son père était dans l’armée aux Indes. Lorsqu’il est venu au Canada vers 1905, il a travaillé sur les chemins de fer (il dormait à la belle étoile) et dans les scieries. A la scierie, son père vivait dans un dortoir avec d’autres travailleurs.

Date: 1985-01-01

Type: Sound

Format: audio/mp3

Rights: Please see the terms of use at http://multiculturalcanada.ca/cco_rights.htm

File size: 58,255 KB

Duration: 1:02:08