Indo-Canadian Interview 42

Interview_42
Interview_42 [...]

Title: Indo-Canadian Interview 42

Creator: Gurcharn S. Basran, B. Singh Bolaria.

Language: pan

Subject: East Indian Canadians -- British Columbia -- History -- 20th century; Punjab (India) -- Emigration and immigration -- History -- 20th century; Panjabis (South Asian people) -- British Columbia -- History -- 20th century; East Indian Canadians -- British Columbia -- Cultural Assimilation; East Indian Canadians -- Ethnic Identity; Sikh Canadians -- British Columbia -- Vancouver -- Interviews;

Summary - French: Il est arrivé au Canada en 1934, à l’âge de 15 ans. Il était déjà fiancé à cette époque. Il est parti en 1940 pour se marier et il est revenu en 1946, après la guerre. Sa femme est venue le rejoindre en 1965 avec leur fille. Il décrit son voyage pour se rendre au Canada et les événements entourant son départ et celui de son père. Son frère était âgé de plus de 18 ans, alors il a dû demeurer aux Indes. Il est parti de Calcutta sur un navire de charge pour se rendre à Hong Kong, où il fut hébergé dans le Gurdwara. Le navire s’est ensuite rendu à Vancouver via Manille et Honolulu, entre autres. Karma était immigrant légal parce que son père habitait au Canada et il était âgé de moins de 18 ans. Il était difficile de trouver du travail à cette époque en raison de la dépression, alors plusieurs immigrants indiens vendaient du bois de chauffage pour survivre. Il a ensuite travaillé dans des scieries à Vancouver et à Victoria. <br /> <br /> Il raconte qu’il y avait deux scieries à Duncan où travaillaient environ 400 personnes de toutes les nationalités, dont une quarantaine d’indo-canadiens. La discrimination était très présente à Duncan, hors de la scierie. Les Indiens étaient réputés pour être de solides travailleurs, alors ils n’avaient pas de difficulté à se faire embaucher dans les scieries. Mais leur salaire était inférieur à celui des travailleurs blancs. À Duncan, ils ne pouvaient pas fréquenter les établissements publics à leur guise [coiffeur, brasserie, etc.] et les rares immigrants indiens qui étaient éduqués n’arrivaient pas à décrocher des emplois correspondant à leur formation. Il raconte la venue de Sadhu Sing Dhami à Duncan, un professeur de l’université de Toronto, en 1939. Sadhu a présenté une conférence pendant laquelle il critiquait Hitler, Mussolini et le Premier ministre de l’Angleterre. Les Blancs de Duncan, dont plusieurs étaient originaires d’Angleterre, furent offusqués par ce discours. Ils se sont plaint auprès de l’université et Sadhu fut congédié. Dans les scieries, les Indiens travaillaient 48 heures par semaine, ils gagnaient moins que les Blancs, ils travaillaient dur et ils n’avaient pas de possibilités d’avancement. Les Indiens acceptaient les mauvaises conditions de travail parce qu’ils avaient peur de perdre leur emploi. <br /> <br /> En 1946, il a travaillé dans une scierie à Victoria pour 0,82$ l’heure ; les travailleurs étaient désormais syndiqués et tous les employés recevaient le même salaire. Il parle du parti Gaddar et explique qu’il était difficile à l’époque pour les immigrants indiens d’aller aux Etats-Unis. Il croit que la situation des indo-canadiens s’est beaucoup améliorée depuis l’indépendance des Indes en 1947, mais il lui semble que les nouvelles générations perdent leur culture ; ses petits-enfants ne parlent pas le Punjabi. Cependant, il ne regrette pas d’être venu parce qu’aux Indes, leur terre était trop petite pour subvenir aux besoins de toute sa famille. Il partage son opinion sur les Sikhs au Punjab, sur le Khalistan et sur l’assassinat d’Indira Gandhi.

Date: 1985-01-01

Type: Sound

Format: audio/mp3

Rights: Please see the terms of use at http://multiculturalcanada.ca/cco_rights.htm

File size: 80,351 KB

Duration: 1:25:42