Indo-Canadian Interview 43

Interview_43
Interview_43 [...]

Title: Indo-Canadian Interview 43

Creator: Gurcharn S. Basran, B. Singh Bolaria.

Language: pan

Subject: East Indian Canadians -- British Columbia -- History -- 20th century; Punjab (India) -- Emigration and immigration -- History -- 20th century; Panjabis (South Asian people) -- British Columbia -- History -- 20th century; East Indian Canadians -- British Columbia -- Cultural Assimilation; East Indian Canadians -- Ethnic Identity; Sikh Canadians -- British Columbia -- Vancouver -- Interviews;

Summary - French: Il est originaire du Punjab. Il est arrivé au Canada en 1923, à l’âge de 19 ans. Il est retourné aux Indes en 1930 pour se marier, puis il est revenu au Canada avec son épouse. Aux Indes, sa famille vivait sur une ferme et il allait à l’école. Son père était au Canada depuis environ 1905. <br /> <br /> Dès son arrivée au Canada, il a trouvé un emploi dans une scierie. Il raconte que les propriétaires des scieries appréciaient les travailleurs indiens parce qu’ils étaient costauds et ils faisaient ce que le patron leur demandait. Les Blancs n’aimaient pas travailler dans les scieries. Les travailleurs indiens habitaient dans des dortoirs et il y avait un cuisinier par 50 travailleurs, environ. Les travailleurs vivaient en harmonie et participaient à des activités sociales ensemble. Chaque nationalité avait son propre dortoir. Il y avait un syndicat en 1930, mais il n’avait pas beaucoup de pouvoir et les travailleurs cachaient la littérature envoyée par le syndicat afin que les administrateurs de la scierie ne sachent pas qu’ils s’intéressaient à la syndicalisation. Les syndicats sont devenus de plus en plus puissants d’année en année. Les Indiens s’entendaient bien avec les Chinois et les Japonais qui travaillaient dans la scierie, mais les Blancs ne les aimaient pas beaucoup. Les Blancs n’étaient pas violents envers eux, mais les Indiens étaient victimes de discrimination : certains restaurants refusaient de les servir, des barbiers refusaient de leur couper les cheveux ou ils ne pouvaient pas entrer dans les cinémas. A la scierie, il devait travailler dix heures par jour et il gagnait environ 0,35$ l’heure, qu’il jugeait être un bon salaire. Même dans les scieries appartenant à des propriétaires d’origine indienne, les Indiens avaient très peu de chances d’avancer et les postes de supervision étaient occupés surtout par des Blancs. Les Indiens avaient peu de contact avec la société à l’extérieur de la scierie, car plusieurs ne parlaient pas anglais. Il explique que les gens étaient très religieux à cette époque et qu’il y avait des Gurdwaras à Vancouver et à Victoria. Les Hindous et les Musulmans vivaient en harmonie. Il est heureux de vivre au Canada. Ses cinq enfants sont nés ici et ils ont tous des carrières satisfaisantes.

Date: 1985-01-01

Type: Sound

Format: audio/mp3

Rights: Please see the terms of use at http://multiculturalcanada.ca/cco_rights.htm

File size: 18,250 KB

Duration: 0:19:27